La table Libanaise

La route a été longue pour gagner les rives du Lac Léman. L’odyssée a débuté au pays des cèdres, il y a de cela bien longtemps… Europa, la princesse phénicienne, prise au piège de sa légendaire beauté, fut forcée par Zeus de quitter ses rivages pour un exil en Crète. Nostalgique de sa terre natale, elle recrée et partage sur place les recettes raffinées de sa ville de Tyr. Ces merveilles culinaires se seraient-elles ensuite répandues de foyer en foyer et à travers les mers ? L’histoire ne nous le dit pas mais les libanais en jureraient… Et voici qu’aujourd’hui les délices de Phénicie vous sont servis sous des cieux cléments et le soleil vaudois.

Recette des pĂŞcheurs de Tyr : Sayyadiyeh

Poisson de votre choix, par exemple cabillaud frit ou rĂ´ti.
SĂ©parer la chair des os
Dans un peu d'huile d'olive, faire revenir beaucoup d'oignons coupés en ailes, jusqu'à ce qu'ils soient brun foncé. Retirer une partie de l'oignon et réserver pour garnir. Ajouter la tête de poisson et les arêtes à l'oignon, ajouter le sel, le poivre noir, le curcuma et le cumin. Faire bouillir une demi-heure. Retirer du feu, égoutter. Mettez de côté une partie du liquide auquel vous ajoutez du jus de citron pour faire la sauce. Avec le reste du liquide vous faites cuire le riz.
Pour servir, garnir le riz avec l'oignon frit, les pignons frits et les noix, et garnir avec les filets de poisson. La sauce dans un bol Ă  part. Sahtein.

Le Liban nous délecte d’une cuisine à son image : terre pétrie d’Histoire, de cultures et de soleil. Cette diversité incomparable se retrouve dans ses fameux mezzeh (pluriel de « mezza »), vocable arabe derivé du verbe ymaz-mez qui signifie “déguster par petites bouchées et longuement”.

Les mezzeh recouvrent une multitude de petits plats proposés en entrée avec de l’arak, spiritueux traditionnel et véritable emblème de l'art gastronomique, préparé à partir de jus de raisin distillé en eau-de-vie auquel on ajoute des graines d'anis.

Les légumes sont une forte composante de ces mets, déclinés comme nul part ailleurs. Il fait bon de manger en prenant soin de soi et de ceux qu’on aime.

Recette feuilles de vignes

Feuilles de vigne farcies (la variété végétarienne en version mezzeh.)
Mélanger le persil haché, l'oignon (vert si possible), les tomates en cubes, les feuilles de menthe fraîche, le riz, le jus de citron et l'huile d'olive, saler et poivrer au goût. Rouler dans de jeunes et tendres feuilles de vigne
Couvrir d'eau, ajouter le jus de citron et l'huile d'olive et cuire environ 30 minutes.

Un adage libanais pourrait être : « A chaque fête, une recette ! ». Et dieu sait le nombre de fêtes célébrées par l’ensemble des nombreuses communautés qui cohabitent sur le sol libanais.

Pour Noël, le coq farci. Pour le nouvel an, la dinde. Pour Adha (la grande fête de tous les musulmans) c’est la ouzeh ou agneau farci. A Pâques, chaque famille chrétienne prépare le maamoul aux noix, à la pistache ou aux dates. On en prépare en quantité monumentale pour en distribuer ensuite largement aux parents, voisins et amis. A Achoura (fête religieuse des musulmans chiites) et pour la fête de la Vierge (mi-aout pour les Chrétiens), les jeunes se réunissent traditionnellement sur la place du village pour préparer dans d’immenses marmites la hrisse, délicieuse préparation à base de viande de mouton, de blé complet et d’épices. Ils passent ainsi la nuit à remuer à tour de rôle ces chaudrons en dansant la dabkeh et en chantant le ataba jusqu’au petit matin. Vient ensuite le moment de la dégustation collective. Les villages voisins en ont leur part et se délectent au rythme de la fête. Les Armeniens comptent quant à eux parmi leurs savoureuses spécialités la prisée kebbeh karazie ou la basterma, charcuterie composée de la viande rouge de bœuf fortement pressée et séchée.

Toutes les occasions sont bonnes pour se délecter en convivialité au Liban mais aussi à l’étranger en présence de ses ambassadeurs.

Si à l’origine chaque culture et communauté a sa spécialité pour accompagner les fêtes, l’ensemble des Libanais préparent aujourd’hui ces mets toute l’année. Certains comme la kebbeh, la tabbouleh, le hommos ou la moujaddara sont particulièrement prisés de tous et concoctés avec autant de variantes que le Liban compte de villes et de villages, en montagne ou sur la côte.

Recette de pâte à kebbe

500g Viande hachée (viande de bœuf, de mouton ou de chèvre)
300g Bourghol
Un oignon haché ou râpé.
7 Ă©pices
Poivre noir
Le sel
Mélangez tous les ingrédients pour faire une sorte de pâte en utilisant de l'eau froide pour vous mouiller les mains.
Cette pâte peut être utilisée pour préparer une grande variété de plats.

Recette de Moujaddara

(telle que préparée dans les villages de haute montagne du nord du Liban)

Cuire les haricots rouges préalablement trempés jusqu'à ce qu'ils soient tendres. Hachez l'oignon et faites-le revenir dans l'huile d'olive jusqu'à ce qu'il soit brun, ajoutez-le aux haricots, ajoutez le borghol, la pâte de tomate et faites cuire jusqu'à ce qu'il soit cuit. (doit avoir une sauce épaisse)

Rashta

MĂŞme recette que ci-dessus mais Ă  la place du borghol vous ajoutez de la taliatelle aux haricots.

Recette de Moudardara

Cuire les lentilles jusqu'à ce qu'elles soient presque cuites, ajouter le riz ou le bourghol, ajouter l'oignon frit, l'huile d'olive et mélanger. Garnir d'oignon frit. sel et cumin

A KEYANN CAFE LIBANAIS c’est tous les jours dimanche et nous vous invitons à partager un instant de la joie de vivre et de la convivialité emblématiques de notre pays, en vous servant une cuisine bien de chez nous, fraîche, savoureuse et variée. En fondant KEYANN CAFE LIBANAIS nous avons pour souci de respecter un très bon rapport qualité prix pour vous réunir toujours plus nombreux. Nous nous donnons aussi pour ambition d’atteindre pour vous les plus hauts standards de qualité en termes d’ingrédients, de cuisine et de goût pour faire de chaque visite un moment de fête.